Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
1 avril 2009 3 01 /04 /avril /2009 10:59


  Ce mot vient du verbe latin "proficere" que Gaffiot traduit en "avancer ; augmenter ; faire des progrès, obtenir des résultats." Ce serait là l'idéal si tout le monde pouvait en effet "profiter" équitablement des progrès scientifiques et technologiques que l'activité humaine a su développer.
   Dans le domaine économique, le Petit Robert en donne la définition suivante : c'est “ce que rapporte une activité économique, en plus du salaire du travail (rémunération du risque, revenu de l'exploitation, etc.)”. Pour les actionnaires le profit est une juste rémunération du risque qu'ils ont pris en investissant dans une entreprise. Pour les entreprises, surtout les "grandes", c'est d'accroître leurs bénéfices en demandant toujours plus d'efforts à leurs employés. C'est pourquoi, pour Karl Marx “c'est une quantité de travail non payé”. Le profit correspond en effet à une somme d'argent, résultant du travail des employés, qui ne revient donc jamais dans la poche du travailleur mais bien dans celle des actionnaires et des dirigeants !
   Or, on assiste de plus en plus dans notre monde matérialiste moderne à une "course effrénée au profit" ! C'est devenu l'objectif numéro 1 des banquiers et financiers, et des entreprises qu'ils contrôlent au travers des crédits qu'ils leurs allouent.
   C'est également l'objectif majeur des fonds souverains, d'investissement ou de pension qui demandent jusqu’à 20% par an de profit aux multinationales dans lesquelles ils investissent. Or, pour réaliser ces objectifs, ces multinationales exploitent honteusement leurs employés, en maintenant bas leur salaire, en licenciant ou en délocalisant en particulier dans les pays du Tiers Monde où les salaires sont toujours les plus bas !
   C'est enfin le but des dirigeants de ces multinationales dont la rémunération est fonction des résultats, donc des bénéfices qu'ils réalisent. N'y a-t-il pas là de quoi se révolter ? Comme le disait Confucius  (IV, 16) “l’homme de peu ne connaît que le profit”.

Partager cet article
Repost0

commentaires